11 juin 2007

Beati pauperes spiritu

Suite à la lecture complète (finalement) de la dernière œuvre de Patrick Sénécal, LE VIDE, et suite à la lecture ce matin, dans La Presse, d'un article portant sur une nouvelle capsule qui passe à la tivi (la super chaîne populaire là) "Que feriez vous pour 100 piasses?", après la brève écoute de "Qui perd gagne" lors d'une séance de zapping intense ne trouvant rien ayant comme qualificatif de capter mon attention, après toutes les télé-réalités de ce monde et les WTF/$?&?# d'académiciens, et bein, après toutes ces virgules et parenthèses, j'ai bien faillie tomber en bas de ma chaise!!

Ne voulant pas brûler le punch du "VIDE", j'ai une mauvaise nouvelle pour vous; c'est une réalité désolante qui nous saute au visage, nous, pauvres mortels en mal de sensations fortes!! Où allons-nous, que faisons-nous, régressons-nous?! Dire qu'en 1976, l'homme débarquait sur la lune. Aujourd'hui, il se passe quoi à notre écran?! On voit sur la plus grosse chaîne de l'heure une femme qui s'enfonce un paquet de cigarettes ET un cellulaire dans yeule pour 100$… wow, je suis vraiment impressionnée là! Comment elle fait ça?! J'aimerais ça moi aussi avoir du temps à perdre pour me pratiquer à me planter dans le "bâquet" 40 plugs usb… j's'rais bein plus hot côté technologique qu'elle pfffff! Bref, je n'organiserai rien de tel que ce que la vedette du livre de Sénécal a organisé, mais je suis vraiment désolée de vous l'apprendre : Beati pauperes spiritu!

Sur une note plus modeste, moi aussi Luc, je vis des journées bizarres à l'occasion et hier en fut justement une! Nous avions pourtant un objectif simple : faire une balade en moto pour aller voir belle-maman à Trois-Rivières pour son anniversaire. On partait à 11h00, pour arriver vers 13h00 et prendre ça relax, sur une petite route sinueuse de campagne…

Tout à commencé dans le garage, lorsque j'ai démarré ma rutilante. Tout allait bien, j'ai étouffé, je l'ai repartie, j'ai tourné le coin de la rue, fait deux ou trois sauts de crapaud et niet, nada, plus rien!! Elle ne voulait plus repartir. Disons que j'ai eu quelques pépins mécaniques (bougie) et que je n'ai pas pu aller faire ma balade de moto à côté de Rej mais assise derrière lui, comme une pôvre looser qui regarde défiler le paysage jusqu'à Trois-Rivières, pour cause de fermeture de tous ce qui est garage et moto-part les dimanche ensoleillés de l'été...

Vers midi, on avait faim alors on s'est arrêté au casse-croûte "Les cocottes", où nous avons attendu 25 minutes pour recevoir notre poutine, froide, où je l'ai retournée, où on me l'a remise un peu plus froide encore et où j'ai demandé à la fille qu'elle se plante le doigt dedans pour finalement demander un remboursement total de la commande because des cocottes, ça va pas dans une cuisine… bref… une chance, j'avais traîné un muffin et une pomme dans mon sac à dos.

Un bref arrêt chez les beaux-parents puisqu'il est déjà rendu 15h00… et on repart par la petite route, j'ai une migraine n'ayant pas vraiment eu un repas digne de ce nom depuis le matin…

On arrête à la Cage aux Sports, se "déguster" un combo cuisse-côtes levés et patate au four, avec un bloody cesar bien mérité... une chance, parce que not' lunch s'est bien fait attendre une vingtaine de minutes...
:-/

Au moins, aujourd'hui, j'ai découvert un garage Harley pas trop loin de la maison, ils ont l'air plus efficace qu'à l'autre place dans Hochelaga... Maintenant, c'est plus les bolt qu'il faut visser à tous les coins de rue, c'est les spark plug qu'il faut changer... nahhhh! Allez bonne journée!

3 commentaires:

Karine DT a dit...

Donc, si je te comprends bien, tu as aimé le livre... :-P

C plate un pour pour ta moto... T'as trouvé ce qu'elle avait ?

Melalag a dit...

Oui, bien aimé le livre même si ça m'a pris des lunes pour le finir!

Pour la moto, on a trouvé en effet, mais ça serait un peu long à expliquer ici... mais je peux te dire, c'est pas que les bougies.

Karine DT a dit...

:-S